le sport redonne de l’espoir !

Posté le 8 mai 2011

le sport redonne de l'espoir ! dans ma vie (mon oeuvre) 92361_bar-refaeli-launches-reeboks-and-cirque-du-soleils-revolutionary-new-workout-for-women-jukari-fit-to

Ici, une photo de la collection Jukari par Reebok, une pratique inspirée du cirque.

C’est incroyable. Quand j’étais enfant, je détestais le sport. Je faisais des cauchemars la nuit d’avant, je savais qu’on allait se moquer de moi, me rejeter des équipes, me porter responsable si nous perdions un match. Je haissais les profs de sport et leurs allures de buildozers ayant atteint la cinquantaine, avec leurs joggings vieux comme le monde, leurs lunettes de soleil et leur teint cramé par le soleil, sans parler de leurs voix de poissonniers ayant un peu forcé sur l’alcool.

h-4-1665813-1250945104 dans ma vie (mon oeuvre)

Ici, le brillant professeur de sport du petit Spirou, Monsieur Megot.

Je n’oublierai jamais que l’un d’entre eux m’avait surnommée « clocharde » parce que je ne réussissais pas les exercices.

Il y avait donc un très mauvais départ entre le sport et moi. J’ai toujours eu très honte de moi, de mon corps, et de mon manque de rythme, de ma tonicité musculaire « aléatoire », et je pense sincèrement que dans la famille, nous avons un souci génétique de ce coté là (mon frère ayant eu une très grave maladie musculaire quand il était petit).

je considérais les sportifs comme d’arrogants masochistes sales, aimant baigner dans leur transpiration. Voilà, ça, c’est dit.

Et puis j’ai grossi. Et puis je ne me suis plus aimée du tout, dans ce corps de femme ménopausée alors que je n’ai que 26 ans. J’ai donc voulu m’inscrire au sport. Ca avait un cout, puisque la salle est très chère, assez bling bling, mais tellement bien, avec ses nombreuses salles de cours, ses plannings à rallonge, son sauna, son hammam, son jacuzzi, sa salle de repos, son spa, etc. Mais je me suis inscrite. Vous connaissez la suite.

Jusqu’à présent, je ne pouvais y aller que 2/3 fois par semaine. Je faisais surtout des abdos fessiers, pour commencer en douceur, et je me rendais compte avec émerveillement, que séance après séance, je progressais.

Pour les cours de cardio training, c’était plus difficile, je n’arrivais pas à suivre les chorégraphies, et j’étais épuisée avant la fin du cours. J’ai même quitté le cours de body combat au bout de 15 minutes, prenant plus de temps à retrouver ma respiration dans les vestiaires, que le temps passé dans la salle de cours.

Mais je suis au chômage depuis une semaine. Et j’y suis allée tous les jours depuis jeudi. Ce n’était pas facile, mais tellement jouissif! Au bout de 3 séances de bodyjam, je connais enfin la chorégraphie, et je prends plaisir à danser sans regarder les autres. Je me suis achetée des poignets en éponge pour ne pas être gênée par la transpiration. Ils en font dans de jolies couleurs, chez domyos, pour 3,95 euros, assorties aux tenues. Je les ai en rose pale et en violet:

zoom_asset_42051652zoom_asset_42055575

Bref, je prends du plaisir. Je rentre chez moi avec un sourire épuisé et béat après chaque séance, et je me regarde dans le miroir scrutant le moindre changement. Et il y a du changement, mes cuisses s’affinent, mes fesses rebondissent, et ma bouée autour du ventre disparait. Je n’ai toujours pas le corps de Nicole Scherzinger, mais je deviens un peu plus tonique.

Le seul point négatif, c’est que je n’ai pas perdu de poids. J’en ai même repris. Alors je sais que le muscle est plus lourd que la graisse et tout et tout, mais faut pas se voiler la face, j’étais bien contrariée ces derniers temps avec le chômage (malgré tout), le déménagement, les histoires de cuisine, et ce prêt dont nous n’avons toujours pas la réponse. Je ne suis plus qu’à trois kilos d’écart avec le poids que je faisais en janvier 2010, quand j’ai fait une overdose de surpoids et que je me suis bien reprise en mains. En gros, 5 kilos qui avaient disparu, ont retrouvé leur place dans mes fesses, mes hanches, mes cuisses et mes bras. (et ma poitrine aussi, c’est trop gros, ça fait mama).

j’ai donc repris  Weight watchers. Il n’y a que ça qui marche avec moi. Je ressors la balance. Je recompte en points. Mon petit dej, par exemple, m’en a coûté 5 ce matin.

Donc je déclare officiellement que je perdrai 5 kilos pour le mois de juillet. Et que mes bras vont changer.

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire