Catégorie

Archive pour la catégorie « ma vie (mon oeuvre) »

Here I am

Here I am dans ma vie (mon oeuvre)

Je vous écris de chez moi. Il y a encore tout à faire, mais je trouve que ce sont les petits détails qui nous font nous sentir chez nous. Une bougie (bizarre d’habiter un appartement où on ne reconnait pas encore « notre » odeur), ma chouette gri-gri (elle n’a pas de vécu particulier, mais quand je l’ai vue, je l’ai de suite aimée), et mes lunettes que j’utilise trop peu (résultat, aujourd’hui, je me sentais un peu comme une pauvre myope (que je suis) en plissant les yeux comme une chinoise pour essayer de lire les codes couleur des soldes aux galeries lafayette.

Eh oui, parce qu’aujourd’hui, ce fut l’ouverture des soldes à Nice !

Mon verdict:

- pas trouvé la robe Sandro dans ma taille. Réduction bien en dessous de celle pratiquée sur le site, il me semble.

126726.68 dans shopping

- trouvé la paire de Repetto pour laquelle je me damnerais. Dans ma taille. Oui mais voilà, elles ne m’allaient pas du tout, elles étaient trop étroites, mes pauvres pieds étaient comme ceux des soeurs de Cendrillon forçant sur la pantoufle de verre, gonflés, rouges et comprimés. J’étais blasée, d’autant plus qu’elles étaient à -40%, et que, chez Repetto, ça compte … (Je ne retrouve pas la photo, mais je vous les montrais déjà ICI). Par contre, j’ai pris le vernis présenté dans la même planche.

- trouvés mes pyjamas Princesse Tam Tam

23572362

 

23482349

 

Et puis j’ai fait de jolies découvertes (4 robes) chez Kookai et Mango.

Voilà comment on commence un billet sur la joie de se sentir chez soi, et qu’on le termine sur une virée shopping tout à fait déraisonnable …

A partir de maintenant, il va falloir que je commence à mettre sur page mes intentions déco, et bien évidemment, les photos de l’appart, que je garde encore précieusement pour moi …

 



We’re moving slowly …

Ca y’est, on déménage

We're moving slowly ... dans ma vie (mon oeuvre) 182207_2920786_b

(Oeuvre de Rachael Shankman)

Nous sommes dans les nombreux cartons. On réalise à quel point on a accumulé livres, linge, et bêtises en tout genre.J’avais pourtant l’impression de ne jamais rien avoir à me mettre sur le dos …

Pas le temps de trier, on le fera plus tard. Pour l’instant, il faut emballer.

Je suis heureuse de vivre ce déménagement.

Oh et devinez quoi ? Alors que je fais une fixation depuis 3 ans sur la cuisine minéralisé de Darty,

Darty_Mineralise dans ma vie (mon oeuvre)

mes envies commencent à changer, et je pense de plus en plus au modèle boisé :

03E8000002647300-photo-cuisine-darty-cuisine-boise-darty

Elle serait un bon compromis entre quelque chose d’authentique et de moderne, point qui nous fâchait un peu avec mon mari. On va donc demander un devis pour ce modèle, peut être aurais-je un coup de coeur en voyant une nouvelle configuration.

Bon allez, au boulot !
 

 



Faut que je vous raconte

ma journée. Oui, on avait dit que je n’aurais plus de scrupules à faire ce que je veux de ce blog (de toute manière, personne à part Claire ne le lit), y compris raconter ma vie. Ou peut être que ce n’était pas exactement la conclusion à mes questionnements, mais j’ai décidé que c’était comme ça. Donc voilà ma journée :

Je me lève de bonne humeur. En même temps que mon mari. Donc nous prenons le petit dej ensemble.

Je monte sur la balance: + 900 grammes. C’est marrant, dès que je lui monte dessus, elle se venge en ma rajoutant 900 grs. Pas grave me dis-je, je suis allée au sport hier et avant-hier, et j’y retournerai demain. Pas aujourd’hui, j’ai prévu de faire un tour à Nice.

En attendant, je règle enfin mes affaires de mutuelle, et je découvre, non sans horreur, qu’en fait, c’est normal que mon compte bancaire s’enfonce dans le rouge puisque je ne serai payée du chômage que le mois prochain. Trop bête, je ne prenais pas mes congés pour avoir plus d’argent, mais en fait, ces journées ne sont pas comptées. Donc au final, je ne suis gagnante de rien du tout. Je croyais que mes indemnités de licenciement étaient une sorte de bonus, mais que dalle. Je comptais utiliser cet argent pour rembourser en partie mon crédit. Pff je n’y arriverai jamais. Blasée. Je vais donc encaisser mon solde de tout compte que je gardais soigneusement.

Compte tenu de cela, dois-je quand même sortir à Nice ?

Oui. J’ai des trucs à acheter de toute manière:

Il me faut de l’eau de rose pour faire un super dessert: la salade marocaine aux oranges.

Aussi, on a utilisé nos derniers carrés de chocolat pour accompagner le café. Et il ne faut pas se leurrer, le café n’est bon que parce qu’il y a un carré de chocolat à coté.

Faut que je vous raconte dans ma vie (mon oeuvre) visuel_famille_caraques

Et puis il fait lourd à la maison, et je suis super bien dans mes robes h&m à 15 euros pièce. Un ultra-basic, une sorte de maxi-débardeur en coton, qui est à la fois confort, vacances, et pas négligé.

Donc je pars. Avec presque plus d’essence, mais mon mari m’a donné sa carte pour que je puisse faire le plein. Mais l’unique station est fermée le temps que le camion la ravitaille. Aaargh ! Je dois continuer ma route sans essence. Je me gare sur le bord de la route près de l’arrêt de bus. Sous un arbre dont une branche est sur le point de se détacher. Avec beaucoup de prévoyance, je décale un peu la voiture. Faudrait pas qu’en plus de rouler sans essence, je ramène une branche dans l’habitacle.

Je prends le bus. Comme je m’ennuie, je fouille mon sac. Je tombe sur une programme de sport. Je me rends compte qu’il y avait un cours de body jam ce soir, alors que je ne le pensais pas. Mince, j’aurais aimé y aller.
J’arrive à Nice. Je commence par H&M, et déception: je ne trouve las les robes maxi comme je veux. Ily en a bien qui sont à peu près pareil, mais le tissu est tellement fin qu’il en est transparent. Je trouve 3 jolis débardeurs dans des coloris qui me vont, mais j’hésite. Il y a beaucoup de queue pour la caisse, et puis mes bras ne sont pas très montrables, ils sont comme ceux d’une fille qu’on aurait gavée trop vite et qui prend 20 kgs d’un coup.

Puis la fnac. Il y avait un bouquin de meringues que je voulais acheter. En attendant, je vais le feuilleter. En fait, les recettes présentées ne me plaisent pas. Par contre, je passe devant la cafet, et je tombe sous le charme de superbes muffins double chocolat et noisettes. Pas de monnaie sur moi, je trace mon chemin. Mais ça m’a donné faim.

Suite des boutiques, rien de spécial. Au passage, je prends les carrés de chocolat chez jeff de bruges et je me prends 5 petits chocolats à grignoter. Il fait chaud, ils me fondent entre les doigts. Mais le plus embêtant, c’est que mes préférés, ceux à la pâte d’amande, ont le goût un peu gras des chocolats qui ont été mis au frigo parce qu’ils avaient trop chaud. Plaisir gâché.

Je continue ma route. Je m’aperçois en silhouette dans une vitrine de magasin. Grassouillette. Je tire mon tee-shirt vers le bas. On continue.

Chez Mango, plein de choses me plaisent. Des robes, bien entendu, mais également des pantalons et des shorts. Oh un short! J’en ai envie ! Surtout celui là:

45330653_25 dans shopping

 

Je le prends plusieurs fois dans les mains. Je le touche, il est léger. Le débardeur qui est juste à coté irait parfaitement avec. Et je sais quelles chaussures estivales iraient avec ! J’hésite. Mais à quoi bon l’essaye, je sais que je serai moche dedans avec mes grosses cuisses et mon bide, je ferai plus « touriste allemande au mois d’aout au camping du Pylone » que Claudia Shiffer … J’abandonne.

En fait, j’abandonne souvent les essayages depuis que je suis grosse. Plutôt rester avec le fantasme de pouvoir porter une chose, que de se rencontre que ça fait sac.

A coté de moi, un couple d’américains. Ils sont super grands, et la fille est une superbe asiatique aux cheveux noirs intenses et bien longs, ramenés en queue de cheval.Elle sort de la zone d’essayage et lui dit qu’elle prend telle ET telle chose. Le mari proteste. « Tu avais dit que tu n’achetais qu’une chose ». Très calmement, la femme lui répond « J’avais dit que je prendrais ça, mais il se trouve que j’ai essayé ça aussi, et que je les aime les deux. Alors je les prends ensemble ». (Bon, je suis sympa, je fais la traduction automatique).

Je me prends un tee shirt casual que j’aime bien, parce qu’il a une bonne longueur et des petites manches. Et puis si je maigris, me dis-je, il ira bien en large (parce que présentement, il sera moulant).

45208270_07

Puis je continue mon bout de chemin, pour arriver aux galeries lafayette.

J’aime les galeries lafayette, j’y trouve toujours mon bonheur pour les yeux. Déjà, à celui de Nice, il y a un stand Hakei, une marque espagnole trèèèèès chouette, qui ne vend que sur 2 ou 3 stands en Franc. Outre une petite robe et une tunique noire en soie, je craque sur un sac en cuir à 200 Euros. Pfff. Mais qu’est ce qu’il est beau …

IMG00021-20110607-1737

IMG00019-20110607-1737

 

Je m’arrête au stand lingerie de Princesse Tam Tam. Il y a des tenues homewear si raffinées, que je m’imagine dans mon futur chez moi, avec mes cheveux blonds Dessange, allant et venant dans un sarouel et un haut d’un bleu délicat … (oui parceque dans le nouvel appart, il y aura quand même pas mal de vis à vis, et moi j’aime trainer en pyjama. Mais il faudra des tenues décentes.
2357 2362

(Là, vous voyez seulement. Mais si vous l’aviez entre les doigts, vous sauriez à quel point la matière est douce et fine. C’est du jersey de coton).

Puis les allées continuent de s’ouvrir à moi. Des sandales Vanessa Bruno, des tops irisés Bel-Air, un tee-shirt Zadig et Voltaire, une combinaison Isabel Marant. Une jupe en soie très sympa The Kooples, avec ses petites têtes de mort en détail dans la dentelle. So cute !

140723-1

Puis je regarde le stand Sandro, je bave devant, comme à mon habitude. C’est quoi cette marque ? Elle est trop belle.

126726.68 119362.68121443.68

Puis Maje, et là, c’est la cata …. Je prends une robe, je l’approche de mon corps comme pour me faire une idée.

En face de moi, il y a un miroir.

magic_mirror

Je redescends sur terre illico. Je suis encore, et toujours, un boudin. On voit mon ventre et mes bourrelets au travers de mon tee shirt. Je ressemble toujours à une ménauposée de 50 ans. Beurk. Là, la colère monte en moi. J’ai toujours ce cintre dans les mains, et c’est du 38. En fait, on dirait que la norme, maintenant, c’est 36. Et ce 36, je le faisais, avant.

L’histoire des filles pulpeuses bien dans leur peau, c’est des conneries. Ca a été inventé pour qu’elles arrêtent de pleurnicher, et qu’elles laissent les minces faire leur shopping sans culpabiliser.  La principale préoccupation des grosses quand elles s’habillent, c’est de cacher leur embonpoint. La préoccupation des minces quand elles s’habillent, c’est de rentrer dans différentes peaux, dans d’autres personnages. Ou d’affirmer celui qui leur colle le mieux, qui fera ressortir leur personnalité.

Je ne sais pas comment j’en suis arrivé là. Je refais presque le même poids qu’avant le régime pré-mariage. Mais ce que je constate aussi, c’est que je m’achète plus de nourriture que de tout autre chose. Un chocolat par ci, un livre de cuisine par là. Pour moi, c’est clairement du réconfort, un truc qui fait du bien quand je l’engloutis, ou qui donnera de moi l’image de la femme parfaite, c’est à dire celle qui sait cuisiner et bien s’occuper de son mari, de ses futurs enfants, de ses convives …

Le second point qui m’a excédée, c’est cette histoire de fric. Putain, avec mon diplôme, je devrais toucher 1600 euros par mois !!! Au lieu de ça, je supplie un employeur de m’embaucher au smic pour 15 heure par semaine réparties dans toute la semaine. Dans un monde parfait, je pourrais le faire, mon shopping !

Je suis toujours dans les galeries lafayettes, dos tourné au miroir, le visage grave de celles à qui il vient de tomber le ciel sur la tête. Je décide de ne pas partir à la recherche de l’eau de rose pour mon dessert, ni des filaments chinois appelés « cheveux d’ange » qui agrémentent certains plats d’une petite note piquante et esthétique.Niet, rien de tout ça. Je rentre, je ne dépense plus.
Je descends les étages. Il faut sortir, je veux rentrer à la maison. Vite, un tram. Je sors mon super ticket que personne ne connait et qui est pourtant très astucieux: tu l’utilise d’abord dans un bus ou un tram de Nice, puis sur une ligne inter-urbaine, comme celle qui me ramène chez moi.

Mais le tram n’avance pas. Il est bloqué. C’est donc ça, tous ces gens qui marchent, et ces flics qui sont postés un peu partout ? J’entends deux copines « Tu vois, si on faisait le trajet à pied tous les jours, on perdrait au moins 2 kilos ». Je me lance à pied. J’avance bien, je suis presque arrivée.

Mais, si je ne valide pas mon ticket, je ne peux pas prendre le bus après. Et j’ai décidé de faire ma radine maintenant, c’est à dire d’écouler ces tickets achetés l’année dernière au lieu de payer un trajet. Donc il faut que je trouve un bus, que je monte dedans pour composter le ticket, et que je redescende.

Un bus arrive. Comme prévu, je monte. Comme pas prévu, tous les gens qui étaient sur le trottoir montent aussi. C’est la cohue. J’ai du mal à composter mon ticket. Un gentil adolescent m’aide en le compostant à ma place. Quand je vais pour sortir, les portes se sont refermées et le bus redémarre.

Je sonne aussitôt pour l’arrêt suivant. Par chance, l’arrêt qui suit, c’est à 30 mètres de là où je dois prendre mon bus pour Sophia. Qui est là d’ailleurs. Je cours, je l’ai. Finalement, si je n’avais pas été bloquée dans le bus qui m’a avancée, je l’aurais raté.

Moralité ? (oui, il en faut une)

chauffemarcel

1) Derrière chaque plan loose, il y a une leçon a tirer. Ou plusieurs. Et parfois, il y a du bon. Comme cette histoire de bus qui m’emmène je ne sais pas où et qui me dépose là où je voulais.

2) Je deviens une sportive. J’étais très déçue de ne pas y aller aujourd’hui. C’est bien. Mais j’avais oublié que se mettre a sport ne permet pas de maigrir si je ne fais pas attention à mon alimentation. Genre « Youhou, j’ai fait 1 heure de Zumba, je vais manger un moelleux au chocolat et des M&M’s, même s’ils sont Français et pas américains (voir l’article d’avant) ». Donc je reprends Weight Watchers dès jeudi (demain, peux pas, j’invite à la maison, et c’est tajine …).

3) Si je veux de l’argent, je dois travailler. Si je veux travailler, il faut que je postule. Bien plus. Et puis je suis complexée par la qualité de ma formation, mais je sais lire, et du temps où je pensais que je serai une bonne professionnelle, j’avais acheté plein de livres. Ya plus qu’à.

Donc voilà: du sport, du régime, puis du travail, et du shopping. Rendez-vous est pris chez la gynéco pour le 23 aout. Je décide donc de ne pas attendre qu’un bébé arrive, je vais vivre ma vie, et il arrivera comme une fleur sans que je passe mon temps à surveiller mes températures, taux d’hormones, etc. Vivre, coûte que coûte, pour ne rien regretter une fois bébé venu. Et lorsqu’il sera là, on avisera.

 

 

 



L’aventure des canapés.

On est supposés signer pour l’appartement. Sauf que les banques nous cassent un peu les pieds. Il parait que c’est toujours stressant ces étapes de la vie où on s’engage pour une vingtaine d’années, en se disant qu’on emprunte beaucoup, beaucoup d’argent. Bref.

Souffrant d’inaction, de la lenteur insupportable des traitements administratifs de nos dossiers, nous nous sommes tournés vers la décoration, le choix et l’agencement des futurs meubles.

Donc samedi, nous avons profité d’une réduction de 20 % sur le site d’Habitat pour choisir nos canapés Chester.

chester.jpg

Nous avons commandé le fauteuil 1 place, le canapé compact (on y tient à 2), et le 3 places (on y tient à 4).

On pourrait dire « Happy end ».

MAIS

On crée un compte habitat, on passe commande, on entre le code promo de 20%, on reçoit le mail de confirmation, j’actualise mon statut Facebook (trop contente d’acheter les 1ers meubles), et on sort boire un verre avec des copains. Entre temps, je téléphone à ma famille pour leur dire la bonne nouvelle.

Et puis on rentre le soir, et on retourne voir nos achats sur le site. Et là, on voit marqué « Commande annulée ».

On ne comprend pas. Peut-être est-ce notre plafond de carte bancaire uqi n’était pas assez élevé ? Vérifications: ce n’est pas ça. Et puis en regardant bien, on se rend compte que les pieds dugrand canapé ne sont pas de la même couleur que les autres. Mince.

Lundi, on téléphone. La nana nous explique que notre commande a paru suspecte: une adresse mail personnelle et un peu fantaisiste, une ouverture de compte le jour même, un montant élevé, et deux adresses de facturation et de livraison différentes. Tout cela réuni paraissait trop louche. Mais pas un mail  pour nous prévenir, rien …

Mais alors, que faire ? Envoyer des justificatifs de domicile, des documents qui prouvent notre identité. Ok. Après, ils nous recontacteront et on repassera commande, avec nos 20 %.

L’affaire semble à peu près réglée. MAIS …

Ils nous ont quand même débité l’argent.

Ce n’est pas sérieux. Je suis en colère. Et la nana qui s’occupe de notre dossier n’est pas là aujourd’hui.



Again

Est ce que la vie se résume au ménage ?

Again  dans ma vie (mon oeuvre) monsieur-propre-est-mort-L-1

Est ce qu’on peut vraiment être efficace quotidiennement, avoir toujours ses poubelles vides et sa vaisselle bien rangée,  et afficher le sourire serein de Monsieur propre ?

J’ai l’impression que parfois, je devrais appeler l’emission « c’est du propre » pour qu’ils viennent chez moi. Pourtant, j’ai l’impression de très souvent faire ce foutu ménage. Sisyphe en quelque sorte.

Bon, la dernière fois que j’avais laissé un mot sur le blog par rapport au ménage, je l’ai fait en 2 2. Alors j’espère que cette fois ci, je serai sur la même lancée.

Il est 16 heures 30, il faut ranger, nettoyer, et cuisiner. Ma copine Claire et son mari arrivent pour 20 heures.

 

GO !!!!!!!



Mardi dernier

Je ne vous ai pas montré le buffet de mardi dernier.Le thème était « chômage, no futur ». Le dress code était « enterrement », tous habillés en noir.

Bon, comme d’hab, je ne suis pas satisfaite. La déco était super, et mes bouchées excellentes, mais je suis toujours à cheval sur le temps, et mes invités sont toujours terriblement ponctuels (d’ailleurs, ça m’exaspère ça: suis-je la seule à savoir que les règles du savoir vivre exigent qu’on respecte un quart d’heure de courtoisie, pour que la maitresse de maison ne se retrouve pas gênée par son retard ???)

Je n’ai pas non plus eu le temps de parfaire mon maquillage. Dommage, j’avais une rob longue noire très théâtrale et un petit chapeau à la Tim Burton. J’ai donc demandé à Monsieur Oly, pendant que je faisais cuire les dernières bouchées, de prendre des photos.

Et je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des gens, ils ne réfléchissent pas comme moi. Et ne photographient donc pas pareil. Donc adieu joli décor que je m’étais fait chier embêtée à réaliser. Vous ne voyez qu’un gros plan un peu fade et inachevé, qui peut quand même vous donner une idée …

img4645.jpg

Je n’ai pas non plus pu photographier le bar des boissons .. dommage, il était sympa …



Aaaaargh !

Aaaaargh ! dans gourmandises mms

Premier jour de Weight Watchers, et, j’ai faaaiiiim !

(La photo, c’est un cookie géant de Emilies cookies, notre café de patisseries trop bonnes du coté de Nice).

Est-ce parceque je m’ennuie ? J’ai un mari qui fait des semaines de boulot crevantes, et, comme à chaque week end, il décompense. Le voilà au lit depuis ce matin, comme grippé, épuisé.

Et moi je me fais chier. Et j’ai faim …..

AAAARRRRGGGGHHHHH !



le sport redonne de l’espoir !

le sport redonne de l'espoir ! dans ma vie (mon oeuvre) 92361_bar-refaeli-launches-reeboks-and-cirque-du-soleils-revolutionary-new-workout-for-women-jukari-fit-to

Ici, une photo de la collection Jukari par Reebok, une pratique inspirée du cirque.

C’est incroyable. Quand j’étais enfant, je détestais le sport. Je faisais des cauchemars la nuit d’avant, je savais qu’on allait se moquer de moi, me rejeter des équipes, me porter responsable si nous perdions un match. Je haissais les profs de sport et leurs allures de buildozers ayant atteint la cinquantaine, avec leurs joggings vieux comme le monde, leurs lunettes de soleil et leur teint cramé par le soleil, sans parler de leurs voix de poissonniers ayant un peu forcé sur l’alcool.

h-4-1665813-1250945104 dans ma vie (mon oeuvre)

Ici, le brillant professeur de sport du petit Spirou, Monsieur Megot.

Je n’oublierai jamais que l’un d’entre eux m’avait surnommée « clocharde » parce que je ne réussissais pas les exercices.

Il y avait donc un très mauvais départ entre le sport et moi. J’ai toujours eu très honte de moi, de mon corps, et de mon manque de rythme, de ma tonicité musculaire « aléatoire », et je pense sincèrement que dans la famille, nous avons un souci génétique de ce coté là (mon frère ayant eu une très grave maladie musculaire quand il était petit).

je considérais les sportifs comme d’arrogants masochistes sales, aimant baigner dans leur transpiration. Voilà, ça, c’est dit.

Et puis j’ai grossi. Et puis je ne me suis plus aimée du tout, dans ce corps de femme ménopausée alors que je n’ai que 26 ans. J’ai donc voulu m’inscrire au sport. Ca avait un cout, puisque la salle est très chère, assez bling bling, mais tellement bien, avec ses nombreuses salles de cours, ses plannings à rallonge, son sauna, son hammam, son jacuzzi, sa salle de repos, son spa, etc. Mais je me suis inscrite. Vous connaissez la suite.

Jusqu’à présent, je ne pouvais y aller que 2/3 fois par semaine. Je faisais surtout des abdos fessiers, pour commencer en douceur, et je me rendais compte avec émerveillement, que séance après séance, je progressais.

Pour les cours de cardio training, c’était plus difficile, je n’arrivais pas à suivre les chorégraphies, et j’étais épuisée avant la fin du cours. J’ai même quitté le cours de body combat au bout de 15 minutes, prenant plus de temps à retrouver ma respiration dans les vestiaires, que le temps passé dans la salle de cours.

Mais je suis au chômage depuis une semaine. Et j’y suis allée tous les jours depuis jeudi. Ce n’était pas facile, mais tellement jouissif! Au bout de 3 séances de bodyjam, je connais enfin la chorégraphie, et je prends plaisir à danser sans regarder les autres. Je me suis achetée des poignets en éponge pour ne pas être gênée par la transpiration. Ils en font dans de jolies couleurs, chez domyos, pour 3,95 euros, assorties aux tenues. Je les ai en rose pale et en violet:

zoom_asset_42051652zoom_asset_42055575

Bref, je prends du plaisir. Je rentre chez moi avec un sourire épuisé et béat après chaque séance, et je me regarde dans le miroir scrutant le moindre changement. Et il y a du changement, mes cuisses s’affinent, mes fesses rebondissent, et ma bouée autour du ventre disparait. Je n’ai toujours pas le corps de Nicole Scherzinger, mais je deviens un peu plus tonique.

Le seul point négatif, c’est que je n’ai pas perdu de poids. J’en ai même repris. Alors je sais que le muscle est plus lourd que la graisse et tout et tout, mais faut pas se voiler la face, j’étais bien contrariée ces derniers temps avec le chômage (malgré tout), le déménagement, les histoires de cuisine, et ce prêt dont nous n’avons toujours pas la réponse. Je ne suis plus qu’à trois kilos d’écart avec le poids que je faisais en janvier 2010, quand j’ai fait une overdose de surpoids et que je me suis bien reprise en mains. En gros, 5 kilos qui avaient disparu, ont retrouvé leur place dans mes fesses, mes hanches, mes cuisses et mes bras. (et ma poitrine aussi, c’est trop gros, ça fait mama).

j’ai donc repris  Weight watchers. Il n’y a que ça qui marche avec moi. Je ressors la balance. Je recompte en points. Mon petit dej, par exemple, m’en a coûté 5 ce matin.

Donc je déclare officiellement que je perdrai 5 kilos pour le mois de juillet. Et que mes bras vont changer.

 



Ménage

Ménage dans ma vie (mon oeuvre) We_Can_Do_It

We can do it , J.Howard Miller, 1942

Dernier moment de répit avant une journée de labeur. Ménage (l’état de l’appart est chaotique), cuisine (un buffet immense à préparer), mise en beauté, et si j’ai le temps, je file chercher des cntenants pour mes petits plats car il m’en manque.

J’ai déjà préparé la table, elle est belle. Il faut maintenant faire le reste ! Allez, zou !



Mardi soir (teasing)

Avec une amie dela fac, nous avons fini notre CDD en même temps. Je ne le pensais pas, mais ça m’a quand même foutu un coup au moral, même si j’attendais un peu ce moment. Notre troisième amie cherche du boulot depuis son diplôme, mais ne trouve pas. Son dernier entretien d’embauche, jeudi, était risible à en pleurer. Il y a aussi une copine de promo que j’ai croisé vendredi et qui ne trouve toujours pas. C’est la compagne de ma photographe de mariage (love), qui a, elle aussi, été licenciée.

Donc ….

On va faire une soirée chômage. Mardi soir.

Mardi soir (teasing) dans ma vie (mon oeuvre) 2178336487_small_1

Je voulais les inviter à manger, mais dans le lot, il y a

1) des gens qui ne mangent pas de viande si elle n’est pas halal.

2) des gens qui défendent les droits des animaux et qui sont contre les pratiques hala.

3) des gens qui ne mangent pas de poisson, ça les rend malade.

J’étais donc partie dans l’idée d’un plat végétarien. Mais ce n’est pas si simple, rien ne m’a emballée, et je n’en ai jamais cuisiné auparavant.

Donc je vais faire un buffet. Je ne vous donne pas l’ambiance, la vignette est déjà un indice en soi. Je suis complètement barge, je vais faire à peu près 17 plats toute seule. Et il faut que j’aille acheter ma tenue et faire le décor. Et nous sommes le week end, et lundi matin je retourne au boulot pour passer le relais.

Vais-je y arriver ???? Ahhhhhhhhhh !!!!!!!



123